Mon témoignage

Ce témoignage est le fruit de mon expérience et de mon ressentie personnel.

Les propos que je publie sur ce site n’engagent que moi. Gardez toujours un regard critique sur ce que vous lisez sur internet (en particulier sur la santé). En général, seuls les cas les plus désespérés se retrouvent sur internet… Les autres tracent la route !

J’espère que mon témoignage vous sera utile. Bonne lecture à tous.

Symptômes et diagnostic

Fin Août 2012, je suis en pleine préparation de ma future année sabbatique !

Après un passage à la selle, je découvre une trace de sang dans mon sous-vêtement. Je trouve assez rapidement l’origine de cette tâche et comprend qu’une « sorte » de petit trou s’est formé au niveau de mon sillon inter-fessier. Aucunes douleurs, pas de gênes, juste une petite fossette d’où s’est écoulé le sang… Je ne sais pas ce que cela peut être !

Je prends aussitôt rendez-vous chez mon médecin pour lui parler de ce problème… 2 minutes suffisent pour que le diagnostic tombe :  « Vous avez un kyste pilonidal ! »

Préparation de l ‘opération

Une semaine après ce premier diagnostic, je suis face au chirurgien (recommandé par mon médecin) pour mon premier RDV pré-opératoire. J’en apprends alors d’avantage sur la situation et sur ce fameux kyste pilonidal aussi appelé kyste sacro-coccygien :

  • Il n’y a pas d’explication précise… mes fesses poilues peuvent être une cause
  • Mon kyste n’est pas inflammé
  • La réalisation d’une opération est la seule alternative possible pour retirer le kyste
  • L’opération durera une vingtaine de minutes
  • L’opération est courante et sans risques particuliers
  • Mon chirurgien pratique l’opération avec cicatrisation dirigée
  • +/- 2 mois de convalescence seront nécessaires pour cicatriser
  • Une infirmière passera tous les jours pour me faire les pansements
  • Les premiers jours après l’opération seront douloureux
  • En fonction de mon emploi du temps, je peux encore patienter quelques semaines avant de programmer l’opération

Je ressors confiant de cette première rencontre. Mon chirurgien m’a semblé compétent, à l’écoute et confiant sur le fait que je serai rapidement guéri. Le RDV pour l’opération est pris pour le 17 Novembre, soit 3 mois après la découverte des pertuis.

L’arrivée soudaine et imprévue du kyste m’oblige à revoir mes plans pour mon année sabbatique. Avec l’aval de mon chirurgien, je décide de prendre 2 mois pour voyager et profiter de l’été indien avant de passer sur le billard. Je reviens une semaine avant mon opération, le moral au beau fixe, prêt à affronter ces quelques semaines de convalescence avant de reprendre mes projets là où ils se sont arrêtés.

17 Novembre 2012 : Opération du kyste

Je me lève aux aurores, pas de petit-dej pour être à jeûne, prends une douche à la Bétadine Scrub et vérifie une dernière fois qu’il ne reste aucuns poils sur mes fesses (épilées la veille à la crème dépilatoire).

8h00 : je viens d’arriver à la clinique, le personnel me prend en charge… un petit cachet pour voir la vie en rose et quelques minutes plus tard je suis sur la table d’opération. Le médecin anesthésiste que j’avais rencontré la veille m’endort… Je reprends mes esprits quelques heures plus tard :

  • J’ai un gros pansement qui recouvre toutes mes fesses
  • Super, je ne ressens pas de douleurs (merci l’anesthésie)
  • J’ai faim !

Mon chirurgien m’annonce que tous s’est bien passé – Cependant le kyste était gros, nécessitant de réaliser une exérèse un peu plus large que prévue.

17h00 : Après quelques heures en observation, je récupère la prescription du chirurgien pour l’achat des pansements + soins infirmiers et rentre à la maison.

Convalescence et cicatrisation

Jour +1

J’ai dormi dans mon lit et surtout, j’ai bien dormi !

Les douleurs ne sont pas trop fortes, je pense que les antalgiques font leur petit effet. Je me lève difficilement de mon lit mais peux tout de même me déplacer pour aller manger et respirer un peu d’air frais.

Avant mon opération, je me suis mis d’accord pour un passage quotidien à midi avec le cabinet d’infirmières. Pour mon premier soin, le changement de la mèche fait terriblement mal. La sensation d’avoir une plaie béante dans laquelle on insère une mèche n’est pas agréable.

Pour les premiers jours post-opératoire, je me lave avec un gant de toilette et mon infirmière s’occupe de nettoyer la plaie avec du sérum physiologique. La position assise n’est pas supportable… Heureusement je n’ai pas envie d’aller à la selle et je peux faire pipi debout !

Jours +7

Les jours s’enchainent…

Déjà une semaine depuis l’opération ! Je reste allongé la majeure partie de la journée. Je joue aux jeux vidéos, je traine sur le net, je lis un peu, et mange à heures fixes.

Les douleurs durant les 5 premiers jours étaient fortes mais commencent à s’atténuer. L’infirmière à l’air de dire que l’évolution de la plaie est normale. Je m’habitue au changement des pansements et de la mèche. Le gros problème est au niveau du passage à la selle – Les antalgiques me constipent et j’ai du mal à m’asseoir sur les toilettes…

Jours +15

Première consultation de contrôle chez mon chirurgien. La plaie est belle et bourgeonne… tout semble aller au mieux dans le meilleur des mondes.

Après 15 jours de convalescence, les douleurs ont quasiment disparu et je peux me déplacer (courte distance) pour voir mes amis, prendre l’air ou aller acheter le pain. La position assise et les trajets en voiture sont toujours inconfortables et douloureux mais je peux aller à la selle sans problème.

Autre point positif, je peux prendre des douches normalement en faisant attention à ne pas mettre de savon dans la plaie. Je rince celle-ci à l’eau claire sur les conseils de mon chirurgien. Au niveau des soins tout se passe bien, mais le sparadrap utilisé pour recouvrir la mèche commence à irriter la peau à force d’être arraché jour après jour !

Mois +2

Les semaines passent et se ressemblent… La cicatrice se referme mais plus doucement que ce que j’avais espéré. Au bout de 2 mois il reste encore quelques millimètres à renflouer avant que la peau puisse se reformer.

Mon plus gros problème se trouve au niveau du moral qui est dans les chaussettes. Je commence à m’ennuyer sérieusement et reste une bonne partie de la journée sur le canapé à jouer à la PlayStation 3 jusqu’à pas d’heures – Je n’ai plus aucun rythme. Ma seule obligation : Me lever avant midi pour prendre une douche et faire les soins.

Seul moment de répit : le week-end – Je sors voir mes amis qui travaillent ou étudient en semaine et on va en ville boire des coups et faire la fête !

Mon chirurgien après 2 nouvelles visites de contrôle est toujours positif et me demande de prendre mon mal en patience.

Mois +4

Le temps commence à être très long… Mais je me suis bougé les fesses et ai trouvé un petit boulot. Le travail n’a rien d’exceptionnel, mais je travail debout toute la journée sans déplacer de charges lourdes – Idéal dans ma situation !

Ça me fait un bien fou au moral. J’ai l’impression de reprendre ma vie en main et je sens que la fin de la cicatrisation n’est plus très loin. Les berges de ma plaie commencent à se toucher et à forment une fine peau. Après une nouvelle visite de contrôle, mon chirurgien est très optimiste et moi aussi.

Mois +5

Ma cicatrice est quasiment refermée…

Chaque jour, j’attends mon infirmière pour savoir si les berges de ma plaie se touchent !

Cependant je ressens de temps à autre des picotements douloureux au niveau ma cicatrice… Je décide de retourner voir mon chirurgien car la sensation me semble étrange.

Nous sommes fin Avril 2012, soit plus de 5 mois après mon opération et mon chirurgien m’annonce : « Un pertuis s’est reformé… le kyste a récidivé, je vous opère la semaine prochaine »

La récidive du kyste Pilonidal

La seconde partie de mon témoignage comprend des photos réalisées tout au long de ma cicatrisation.

5 mois après ma première opération, ce que je redoutais le plus arrive, une belle récidive du kyste… Cependant j’arrive assez rapidement à la conclusion suivante : « Je n’ai pas le choix ! »

J’ai fait beaucoup d’erreurs lors de ma première convalescence et je le sais. Je n’ai pas été assez rigoureux, je me suis laissé aller, j’ai bu, fumé, fais la fête, j’ai mangé un peu n’importe quoi et surtout je n’ai pas toujours respecté le protocoles de soin.

Pour cette 2ème convalescence, je décide de faire les choses biens !

Pas question de risquer de me morfondre plus longtemps et risquer une autre récidive ! Je connais l’opération, je connais mes erreurs, je sais ce qui peut être amélioré… Je fais alors appel à mon bon sens et prépare (tout seul) un programme de convalescence :

  • Définition du meilleur protocole de soins
  • Résolution des problèmes majeurs : Passage à la selle ; pansement qui m’arrache la peau ; position assise.
  • Préparation d’une routine journalière
  • Achat de matériel et livres pour m’occuper
  • Préparation de mon avenir
  • Recherches sur les méthodes de soins alternatives
  • Prises de photos régulières sur l’évolution de ma cicatrisation
  • Adoption d’un mode de vie 100% sain
  • J’explique à mon patron qu’il faut m’attendre 1 mois… J’ai besoin de ce boulot !

Nous sommes le 7 Mai 2012, je suis de retour sur le billard.

Rebelotte

Jour +1

Rebelote… mais cette fois la plaie est encore plus grosse que la 1ère fois. Mon chirurgien a bien raclé pour être certains d’enlever toutes les ramifications de ce kyste pilonidal.

Les 3 premiers jours sont les plus délicats à gérer ! J’ai mal, la plaie est encore à vif, heureusement les antalgiques soulagent un peu la douleur.

Photo pouvant heurter votre sensibilité !

Plaie 1er jour après l'opération d'un kyste pilonidal

Jours +15

Cela fait maintenant 15 jours que l’opération est passée. J’ai le moral et respecte le protocole que j’ai mis en place :

  • 7h30 : Je me lève et déjeune
  • 8h30 : Je passe à la selle
  • 9h00 : Je prends ma douche
  • 9h30 : Passage de l’infirmière et changement du pansement
  • 10h00 à 12h30 : Je m’essaye à la méditation et je lis
  • 12h30 à 13H30 : Je déjeune
  • 13h30 à 16h00 : Paperasse, préparation d’un concours pour mes études
  • 16h00 à 20h00 : Temps libre
  • 20h00 à 21h00 : Repas du soir en famille
  • 21h00 à 23h00 : Au lit en lisant un bouquin

J’ai le sentiment de remplir mes journées, d’apprendre pas mal de choses avec mes lectures et de ne pas me laisser aller. J’ai hâte que mon chirurgien me donne le feu vert pour retourner travailler.

Je suis également assez fière de moi car j’ai résolu la majeure partie des problèmes rencontrés la 1ère fois – À savoir :

  • Passage à la selle : J’ai trouvé un suppositoire qui fluidifie le conduit en 2 min chrono
  • Les soins : J’ai trouvé les meilleurs pansements possibles pour mon bandage
  • La position assise : J’ai acheté un coussin qui améliore grandement le confort en position assise
  • Le moral : J’ai une routine et je fais des choses utiles
  • Les occupations : Je lis des bouquins intéressants et prépare mon avenir

Enfin je respecte scrupuleusement mon nouveau protocole de soins : Passage à la selle – Douche – Changement de la mèche.

Ma première visite de contrôle chez mon chirurgien à j+15 se déroule très bien.

Mois +1

Bientôt 5 semaines depuis l’opération. Ma plaie est belle, les soins se passent très bien et j’ai réussi à maintenir ma routine. Je n’ai plus besoin des suppositoires pour aller à la selle, je suis très content des nouveaux pansements et ne me déplace plus sans mon coussin.

Mais la meilleure nouvelle reste le feu vert de mon chirurgien pour retourner travailler… Quel soulagement !

Je décide alors de revoir légèrement mon « protocole » :

  • 6h15 : Je me lève et déjeune + toilette au gant pour ne pas mouiller le pansement
  • 7h00 : Je pars au travail
  • 7h30 – 15h30 : Au travail – Je profite de la pause de midi pour faire des séances de méditation (je ne sais pas si je le fais bien, mais ça me relaxe)
  • 16h00 : Retour à la maison et passage à la selle
  • 16h30 : Douche en nettoyant bien la plaie à l’eau clair
  • 17h00 : Changement de la mèche par l’infirmière
  • 22h00 : Au lit

Pendant le week-end mon programme reste le même avec le boulot en moins. Depuis l’opération, je n’ai pas bu une goutte d’alcool, ni fumé une seule cigarette.

Photo pouvant heurter votre sensibilité !

Plaie d'un kyste sacro-coccygien quelques jours après l'opération

Mois +2

J’ai repris le travail depuis quelques semaines et ma cicatrisation avance. Mon chirurgien est confiant tout comme moi !

Photo pouvant heurter votre sensibilité !

Kyste pilonidal dans la phase de soin et de cicatriation

Mois +3

La plaie continue à se refermer doucement mais surement… Je suis loin des 2 mois de cicatrisation annoncés lors de mon premier RDV post-opératoire, mais je garde le moral !

Photo pouvant heurter votre sensibilité !

Plaie du kyste sacro-coccygien

Je reste tout de même vigilant et un peu anxieux à l’idée d’une nouvelle récidive.

Nouvelle visite de contrôle avec mon chirurgien : Tout est au vert ! L’intérieure de la plaie s’est complètement rebouché et les bords commencent petit à petit à se rejoindre : La différence se voit de jours en jours !

Photo pouvant heurter votre sensibilité !

Cicatrisation du kyste au niveau des fesses

Mois +4

Enfin !

La plaie est fermée, les berges se sont jointes et tout semble tenir en place… quel soulagement. C’est avec plaisir que je dis « au revoir » à mon infirmière.

Je reste cependant très vigilant… ma nouvelle cicatrice reste fragile et je ne veux pas risquer de tout gâcher. Tous les soirs, j’applique délicatement une pommade (homéoplasmine) pour garder ma peau souple et l’aider à se renforcer.

Photo pouvant heurter votre sensibilité !

Cicatrice du kyste pilonidal
2 semaines après la fermeture de la plaie, j’effectue une dernière visite de contrôle à la clinique. Mon chirurgien me confirme alors que tout est nickel !

Conclusion

Aujourd’hui ma cicatrice est toujours aussi belle ! Cette histoire est dernière moi et je savoure le fait de pouvoir vivre normalement.

Je remercie ma famille et mes amis pour leur soutien, ainsi que tous les professionnels de santé qui m’ont accompagné tout au long de cette « aventure ».

Si vous êtes sur le point de vous faire opérer, rassurez-vous, mon témoignage n’est pas représentatif de la majorité des cas (cicatrisation plus rapide).

Bon courage et bon rétablissement si tel est le cas !

Note et commentaires

Mon témoignage
Note : 4.4 - Votes : 7

0 commentaires

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 Partages
Partagez8
+1
Tweetez